J E A N - P I E R R E    A N D R E V O N




BIBLIOGRAPHIE OEUVRES (COMMENTEES)

Andrevon, Jean-Pierre   (FRANCE , 1937 - )
Pseudonymes : Alphonse Brutsche





Jean-Pierre Andrevon est né le 19 septembre 1937 à Jallieu dans l'Isère et il fut très marqué dans les premières années de sa vie par la guerre et ses circonstances. En effet, ses parents avaient quitté Grenoble pour échapper à l'occupation allemande et la villa qu'ils choisirent à la campagne se révéla être le quartier général d'un groupe de résistants.
A la Libération, sa famille retourne à Grenoble, mais il est marqué par la crainte de la guerre atomique : Hiroshima est proche dans le temps et il s'imagine que chaque avion qui passe va lui aussi lancer une bombe dévastatrice.

Il n'a jamais connu son père et sa mère se ramarie alors qu'il a onze ans et il vivra désormais avec sa grand-mère.
Il quitte l'école à 15 ans pour commencer à travailler, par nécessité pécuniaire sur l'incitation de son oncle, alors qu'il aurait bien voulu continuer ses études.
Il se découvre des qualités dans le dessin et c'est comme dessinateur qu'il entre au Ponts et Chaussées où il restera quatre ans à recopier des plans.

Il reprend alors ses études et il fait les Arts Déco à Grenoble où il devient particulièrement actif dans le syndicat étudiant, le tout sur fond de guerre d'Algérie qui divise la France de l'époque.
Son diplôme en poche, il commence en 1960 à enseigner le dessin et à écrire dans le même temps, ses premières nouvelles de science-fiction. Mais un an plus tard, il doit faire son service militaire et part pour l'Algérie où il restera jusqu'en 1963.

Démobilisé, il enseigne à nouveau le dessin au lycée de Grenoble, mais il ne parvient pas à être nommé définitivement et il perd son emploi en 1969, victime d'une compression de personnel.
Cependant, il a commencé à écrire depuis 1965 dans un fanzine appelé Lunatique grâce auquel il trouve ses premiers lecteurs et il forgera ses premières armes d'écrivain. La même année, il entame aussi une grande bande dessinée, mais il ne pourra pas la terminer car arrêtée par l'éditeur.

En 1967, il se remet donc à écrire des nouvelles qu'il propose à Fiction et à Denoël, mais elle ne rencontre pas tout de suite l'assentiment général. En effet, les éditeurs français sont très exigeants sur la qualité des publications qu'ils acceptent et Andrevon n'a pas encore suffisament de métier. Mais il persévère et finit par être accepté.
Il décide alors de vivre de sa plume et publie de plus en plus chez Denoël, Fiction et Fleuve Noir, et sa notoriété dans le domaine de la science-fiction devient telle qu'il sera vite considéré comme le plus grand écrivain français du genre, réputation qu'il semble avoir conservée jusqu'à ce jour.




HOME PAGE       AUTEURS       HAUT DE LA PAGE

Copyright © Paul Denis
Mise à jour : 09/12/1998.